Mesures du rayonnement cosmique en altitude

En juin et juillet 2018, des élèves de l’atelier des deux infinis ont entrepris d’effectuer en altitude des mesures du rayonnement cosmique, avec la mallette Cosmix, en y associant chacun une de leurs passions pour des activités d’extérieur.

D’un côté, Mizaan, qui a eu le BIA en 2017 et qui poursuit son initiation à l’aéroclub de Pierrefonds, a profité d’un vol avec un instructeur pour réaliser des mesures en continu. Il a convaincu plusieurs de ses camarades de l’accompagner. Ainsi, Léa-Maria, Lounès, Hugo et Julie ont également participé à l’aventure. Il y a eu donc en réalité deux vols d’une demi-heure environ, jusqu’à des altitudes avoisinnant les 2000 m. Les mesures sont encore en cours de dépouillement, mais il apparaît déjà nettement l’augmentation du flux de rayonnement au-dessus de 600 m d’altitude environ.

D’un autre côté, Tatiana, passionnée de randonnée et de trail, a proposé une randonnée vers le Piton des Neiges, avec des mesures réalisées par paliers à chacune des pauses. Pour avoir un environnement au relief suffisamment dégagé (un rempart peut facilement absorber le rayonnement cosmique) et faciliter la logistique, il a été privilégié l’accès à partir du col de Bellevue. 5 élèves, Gauthier, Lounès, Mizaan, William et Julie, ainsi que 3 professeurs l’ont accompagné dans cette expédition.

Les conditions météorologiques sont venues compliquer la montée jusqu’au refuge de la caverne Dufour, où tous ont passé la nuit. Elles sont devenues exécrables au petit matin. Malgré cela, un petit groupe de 6 courageux s’est lancé vers le sommet à plus de 3000 m d’altitude, avant finalement de renoncer vers 2700 m où une dernière mesure a été effectuée, avant de redescendre du côté de Cilaos. Là encore, l’influence de l’altitude a été parfaitement démontrée sur le flux du rayonnement cosmique. Tatiana a cependant promis de retourner rapidement au sommet du Piton des Neiges avec Cosmix, car il manque le dernier point de la courbe !

Ces deux études constituent les prémices du projet mené dans le cadre du concours international « a Beamline for Schools », pour lequel l’atelier des deux infinis est inscrit et doit produire d’ici mars 2019, sous forme d’un dossier et d’une vidéo, une proposition d’expérience à réaliser sur le synchrotron Désy à Hambourg. La problématique choisie est justement l’étude de la capacité de Cosmix à réaliser des mesures à l’altitude de croisière des avions long-courriers.