APPN pour les terminales ELT (suite et fin)

Les 3 cirques

Découvrir, se découvrir, vivre ensemble.

Comme chaque année les Terminales du bac professionnel ont pu, grâce à l’E.P.S pu (prendre le temps de) découvrir le cœur de l’île. Un parcours différent des années précédentes leur a été proposé. Départ du Bélier (cirque de Salazie) pour traverser et dormir à Mafate  et finir cette randonnée par un passage par Cilaos.

Si divers points des compétences à acquérir dans cette discipline ont été abordés, cette randonnée a aussi été l’occasion pour les uns et les autres d’appréhender ce que peut être l’option EPS pour le baccalauréat.

Le témoignage des uns et des autres  (accompagnateur et élèves) invite à mieux saisir ce qui a été vécu.  Merci à monsieur A.Techer (A.T), professeur du lycée qui nous a fait part de son ressenti. Merci aux élèves (quelques extraits des deux classes) qui ont réussi à mettre des mots sur des émotions, avec un certain humour. Cela  montre que les objectifs pédagogiques et éducatifs ont été atteints. Leurs propos révèlent la nécessité d’un travail en amont.

Des regards croisés sur cette sortie.

A.T : « Anima sana in corpore sano » : voilà qui à mon sens résume bien les activités développées lors des 8 et 9 novembre derniers dans le cadre de l’EPS. Après une explicitation concise de ce qui allait être réalisé durant cette randonnée, les élèves mais aussi les enseignants ont tout de suite mis en pratique le fait de faire passer le groupe avant soi en se répartissant la charge des provisions alimentaires.

Kelly : «  J’ai apprécié l’entraide. Quand j’étais en difficulté, il y en a qui ont pris mon sac pour m’alléger. Ils m’encourageaient.»

A.T : La montée vers le « col de fourche »  a tout de suite permis d’identifier des groupes en fonction de leur rythme de marche et la répartition des encadrants s’est faite naturellement.

Lucas : « Moi, ce que j’ai aimé ce sont les paysages, à chaque montée, il y avait de nouvelles vues. Si je dois en retenir un, c’est celui du Col des Fourches avec la vue sur Salazie et Mafate.»

A.T : Outre les compétences spécifiquement liées à l’éducation physique…

Manrouf : « J’ai bien aimé car on [ M.Bouvet-Maréchal, professeur d’EPS] m’a forcé à m’entrainer 😉

Même si je ne me suis pas suffisamment entrainer, heureusement que j’ai écouté car j’aurais été plus en difficulté, et peut –être qu’on aurait appelé l’hélico 😉 J’ai préféré les descentes aux montées. J’ai aussi beaucoup apprécié le repas au gîte [de Mme Girodey]. »

Thomas M. : « C’était bien car difficile. On a puisé dans nos ressources. On a donné le meilleur de nous-même. »

A.T : …nombreuses furent les autres compétences transversales ou spécifiques abordées lors de ces deux jours. Par exemple, les explications données à propos de quelques espèces végétales, la reconnaissance des oiseaux…

Mathias : « On a découvert le nom de certaines plantes que nous ne connaissions pas. L’ambiance du groupe était sympa ! »

Cyril : « J’ai découvert de nouvelles espèces d’oiseaux parmi celle que je connaissais : cardinal, Tec-tec, paille en queue, merle… ».

A.T :  ou encore la localisation (carte IGN à l’appui mais pas sous la pluie) des sentiers empruntés avec mise à l’échelle. Cette dernière capacité liée aux Maths-Sciences a été complétée par la notion de vitesse ascensionnelle lors des tests d’efforts.

Madi : « J’ai aimé mais j’ai trouvé la dernière épreuve [montée du col du Taïbit] difficile. Le dénivelé était important et cela m’a paru long. J’étais fatigué de ma première journée de marche ».

A.T : Il n’est pas évident que les élèves fassent immédiatement le lien avec les fonctions linéaires mais il est justement intéressant qu’ils revisitent dans un autre cadre cette notion abordée de longue date dans leur scolarité. Enfin, la dimension culturelle n’a pas été en reste puisque nous avons eu la chance d’effectuer une partie de l’itinéraire des équipes internationales du « Raid in France ». Les élèves ont d’ailleurs pu discuter avec certains membres et n’ont pas manqué d’encourager ces équipes sportives.

Tchiki : « A la base, je ne voulais pas venir parce que je pensais que j’allais souffrir. Moi, je suis pas venu pour « souffrir » à l’école. Mais c’était bien, même lors de la montée du col du Taïbit. On a pas eu à appeler l’hélico. Et puis j’ai aimé aussi parler avec les compétiteurs et compétitrices [les championnats du monde du Raid] ».

A.T : Ce fut donc une expérience enrichissante en tout point et que je renouvellerai avec plaisir si l’occasion se représente.

Benjamin : « J’ai découvert un sentier que je ne connaissais pas. J’ai aimé fêter mon anniversaire avec la classe. Cerise sur le gâteau, le cadeau des profs : « le test » 😉

 

Terminons en remerciant la Région qui grâce aux subventions nous permet de mettre en œuvre nos projets pédagogiques pour que nos élèves s’ouvrent sur l’extérieur, s’approprient le patrimoine réunionnais et favorise la réussite de tous.