L’Association Sportive visite les tunnels

Trente élèves de l’association sportive du lycée ont eu la chance de pouvoir visiter mercredi  10 novembre un des tunnels de lave de la coulée 2004. Grace au pass nature proposé par la Région aux associations , les élèves de l’AS à l’origine du projet ont choisi une visite des tunnels de lave, parmi les différentes activités proposées. C’est donc encadrée par 3 guides professionnels que la visite , aussi physique que spectaculaire a eu lieu . Entre explications géologiques, contorsions, ramping et expérience du noir total , Pablo a choisi de mettre l’accent sur ce qu’il a retenu des explications fournies par un des guides. Ci dessous son expérience.

Suite à deux longues heures de trajet en bus à regarder les paysages du sud sauvage défiler, nous arrivions, au grand soulagement de tous, à destination. Trois guides, trois groupes et de multiples entrées de la grotte. Notre aventure commence dans un petit sentier au travers d’une forêt vaste longeant la coulée de lave de 2004 vers laquelle nous allons . Un changement de paysage s’opère à notre arrivée sur celle ci; en effet il faut environ 30 ans pour qu’une forêt soit formée sur une coulée. Celle ci datant de 2004 ne devrait être pas plus autre que la taille du bois de rempart, la seule espèce endémique encore présente sur les coulées sur les 200 espèces  peuplant les coulées avant l’arrivée de l’homme sur l’île. Le filaos, considéré comme peste végétale du fait de sa facilité de reproduction et de ses feuilles tapissant les sols empêchant ainsi le lichen puis les fougères de se développer normalement, a notamment été introduit. Notre volcan est un volcan effusif de type Hawaïen c’est à dire une lave chaude de plus de 1500 degrés et allant à 50 kilomètres heure. Les tunnels sont formés par la différence de température entre l’air et la lave celle ci s’écoulant parfois jusqu’à trouver la mer.

Après avoir suivi les explications de notre guide à propos de l’histoire des coulées nous avons finalement pu commencer l’aventure toute excitante des tunnels de lave. Afin de créer une expérience propre à chacun des groupes nos guides nous ont fait entrer par différentes issues. Nous sommes passé par l’entrée que l’on surnomme l’escabeau. Ce nom est essentiellement dû au repérage en effet les spéléologues se retrouvent dans les grottes grâce aux noms qu’ils attribuent aux différents lieux en fonction de signes distinctifs qu’ils ont à disposition ,ceux ci peuvent être simplement une stalagmite faisant office de sculptures donnant ainsi leur nom aux lieux .Nous avons traverser la grotte du «petit rasta» ,du «crane» , du «cochon» et du grand bazar .
Les murs le long des couloirs du tunnel étaient lisses et d’une couleur chocolat .Cela représente la trace laissée par la lave qui coulait par là. Au dessus de cette paroi lisse était une autre mais argentée et uniforme .Celle ci représentait les éclaboussures de lave fragile. Durant tout le trajet nous devions faire attention à ce que nous touchions puisque ce lieu est un patrimoine et qu’il est interdit de prendre quoi que ce soit dans ces grottes ;.Cependant le guide nous fit remarquer que des personnes étaient passées par là et avaient prit des stalactites et des stalagmites à notre grand regret. Dans les tunnels l’humidité est intense, nous recevions régulièrement des gouttelettes d’eau provenant du sol venant nous rafraîchir un peu. En cas de pluie il pleut également dans la grotte pourtant l’eau ne stagne pas elle s’infiltre , le seul endroit à l’abri se trouve sous la route , sous laquelle nous sommes d’ailleurs passé deux fois. Le sol n’était pas très épais nous avons pu entendre le bruit des voitures. Notre guide nous a donné des défis de passage qui parfois se trouvaient être vraiment très étroits où, pour traverser ceux ci, nous étions forcés de faire du « ramping » ,voir carrément de pencher notre tête sur le coté. Un de ces passages s’appelait la Renaissance. Mais une des choses dont nous nous souviendrons très bien c’est l’humidité qui pesait dans ces passages étroits ainsi que l’accumulation de chaleur que nos corps provoquent

Quand nous sommes sortis nous avions bien distingué la différence de température .
En gros c’était une merveilleuse sortie très éducative et divertissante !

Pablo